MASSE


MASSE
MASSE

La masse d’un corps est une notion théorique correspondant à l’idée intuitive et floue de «quantité de matière» contenue dans le corps. Elle se manifeste d’abord par la force de gravitation qui s’exerce universellement entre corps massifs. Cette «masse pesante» est directement liée au poids d’un corps et mesure l’action de la pesanteur sur celui-ci. La masse, par ailleurs, caractérise la résistance d’un corps à la modification de son mouvement: c’est le coefficient d’inertie, ou «masse inertielle», du corps. Dans ces deux acceptions, la masse est additive selon la mécanique newtonienne. Einstein a montré en 1905 que cette propriété n’était qu’approximative: la masse d’un corps mesure son énergie interne (relation d’Einstein, E0 = mc 2), et toute variation d’énergie s’accompagne d’une variation de masse.

Masse et pesanteur

Au départ, la notion de masse vise à caractériser la «quantité de matière» contenue dans un objet physique. Cette grandeur se révèle d’abord à nos sens par l’intermédiaire du poids de l’objet: la force de pesanteur qu’exerce la Terre est de toute évidence d’autant plus grande que l’objet contient plus de matière. La pratique courante tend ainsi à assimiler masse et poids, à mesurer la première par le second. Cependant, une étude plus attentive révèle que le poids d’un objet (la force de pesanteur qui s’exerce sur lui) n’est pas constant à la surface de la Terre et varie avec la latitude et l’altitude (0,2 p. 100 de plus à l’équateur, et 0,15 p. 100 de moins au sommet du mont Blanc qu’à Paris). La masse, par contre, pour pouvoir caractériser la quantité de matière de l’objet considéré en tant que tel, doit lui être intrinsèque et ne pas dépendre des conditions extérieures. Or, si le poids d’un objet varie de place en place, on constate que le rapport des poids de deux objets donnés est indépendant du lieu et des autres conditions extérieures. On est donc amené à définir le rapport des masses m 1 et m 2 de deux objets comme égal au rapport constant de leurs poids P1 et P2: m 2/m 1 = P2/P1. Il suffit alors de définir, arbitrairement, une masse unité pour mesurer une masse quelconque par la comparaison des poids correspondants.

La masse unité conventionnelle est aujourd’hui le «kilogramme international», défini par un étalon en platine iridié conservé au Bureau international des poids et mesures, à Sèvres. Cette masse correspond à peu près à celle d’un litre d’eau; c’était la définition initiale du kilogramme adoptée par la Convention en 1793, mais elle est insuffisamment précise pour la métrologie moderne. Il est probable qu’une nouvelle définition, fondée sur les masses d’objets atomiques, sera donnée dans l’avenir au kilogramme, comme cela a été le cas pour le mètre et la seconde.

La notion de masse ainsi définie est additive. Cette propriété essentielle est conforme à l’idée intuitive de quantité de matière: la masse (quantité de matière) d’un système composé de deux objets est la somme des masses (quantités de matière) de chaque objet. C’est d’ailleurs cette additivité qui permet la procédure usuelle de mesure d’une masse à la balance par comparaison avec la masse cumulée d’un ensemble choisi de poids standards.

Ainsi le poids P d’un objet est-il le produit de sa masse m , caractéristique intrinsèque de l’objet, par une grandeur g qui décrit le champ de pesanteur en chaque point: P = mg . C’est la variation du champ de pesanteur selon le lieu qui explique les variations du poids. Sur la Lune, la pesanteur est six fois moindre que sur la Terre; les bonds télévisés des astronautes ont illustré cette diminution de poids, mais sans changement de masse (perdre du poids n’est donc pas si difficile, c’est pour perdre de la masse qu’il faut suivre un régime). Le champ de pesanteur lui-même, et c’est là encore une contribution majeure de Newton, est engendré par les masses des corps autres que celui sur lequel il agit. Ainsi, dans le cas le plus simple, deux masses ponctuelles m 1 et m 2 s’attirent-elles avec une force f :

d est la distance qui les sépare, la fameuse loi de l’«inverse carré», et G une constante universelle: la constante de Newton, ou constante de la gravitation. C’est la loi fondamentale de l’« attraction universelle» de Newton.

On peut la comprendre en considérant que la masse m 1 engendre un champ gravitationnel qui agit sur la masse m 2, et réciproquement. La similarité de la loi de Newton avec la loi de Coulomb qui décrit les forces entre charges électriques amène à penser les masses comme des «charges gravitationnelles», au sens général de la notion de charge en physique d’aujourd’hui: grandeur qui caractérise à la fois un certain champ de force engendré par un corps (rôle actif) et la réponse de ce corps aux champs de force similaires engendrés par d’autres (rôle passif).

Masse et inertie

Il existe une autre caractérisation de la masse d’un corps à partir de son comportement dynamique. L’expérience courante l’indique aussi bien: plus la masse (quantité de matière) d’un objet est grande, plus il est difficile de le mettre en mouvement ou de l’arrêter, autrement dit, de modifier son état de mouvement. Le principe de l’inertie, ébauché par Galilée, puis par Descartes, et énoncé par Newton, indique qu’un corps sur lequel n’agit aucune force poursuit un mouvement uniforme (rectiligne, à vitesse constante). Une force donnée F modifiera la vitesse en grandeur et/ou en direction, c’est-à-dire provoquera une accélération 塚 du corps d’autant plus grande que la masse du corps sera plus faible. La loi fondamentale de la dynamique, due encore à Newton, s’écrit: 塚 = F/m . Elle traduit parfaitement le rôle de la masse comme coefficient inertiel, caractérisant la résistance du corps au changement de son état de mouvement. Dans cette nouvelle acception, la masse reste une propriété additive, comme on le déduit aisément de l’additivité des forces. Cette conception de la masse est beaucoup plus générale que la précédente; au lieu de se présenter comme une grandeur liée à un phénomène physique particulier, la pesanteur, elle se définit par la réponse d’un corps à une force absolument quelconque, qui peut être aussi bien de nature électrique, magnétique, etc., que gravitationnelle. On peut donc légitimement distinguer a priori pour chaque corps deux masses, la masse inerte m i qui intervient dans la loi (générale) de Newton, F = m i 塚, et la masse pesante m p qui caractérise la force gravitationnelle (ou poids), P = m p g , agissant sur le corps dans un champ de pesanteur g .

Les observations et les expériences confirment que, pour tous les corps sans exception, le rapport m p /m i est le même, ce qui permet, moyennant un choix naturel d’unités, d’identifier m p et m i , donnant ainsi une valeur commune (la masse) à la masse inerte et à la masse pesante. Le principe de ces vérifications est simple: si la force agissant sur le corps est la pesanteur (F = P), l’équation de Newton s’écrit: 塚 = P/m i = (m p /m i )g . L’accélération, donc la vitesse et la trajectoire du corps dans un champ de pesanteur donné, dépend ainsi du rapport m p /m i . Or l’on constate que tous les corps ont même mouvement dans un champ de pesanteur donné. La chute des corps à la surface de la Terre en offre l’exemple élémentaire: un gravier de 10 grammes et un rocher de 10 tonnes tombent avec la même accélération g , l’«accélération de la pesanteur»; si la force qui s’exerce sur le second est un million de fois plus forte que sur le premier, son inertie est également un million de fois supérieure (il est un million de fois plus difficile à accélérer), et il y a exacte compensation. De même, la période d’oscillation d’un pendule (de longueur donnée) est-elle indépendante de sa masse, comme la période de révolution d’un satellite (d’orbite donnée). Des mesures très précises, d’abord effectuées par le physicien hongrois Loránd Eötvös (1890) et, plus récemment, par l’Américain R. H. Dicke vers 1960, ont confirmé l’universalité du rapport m p /m i pour de très nombreux corps, avec une précision qui atteint aujourd’hui 10-11.

Cette concordance entre deux grandeurs de natures très différentes, une charge gravitationnelle et un coefficient inertiel, n’a pas d’explication naturelle dans le cadre de la physique classique. Sa conséquence essentielle, l’identité des mouvements de différents corps sous l’action d’un champ gravitationnel, a servi de point de départ à Einstein pour construire sa théorie de la gravitation, dite relativité générale, sous forme géométrique: c’est en effet l’indépendance du mouvement gravitationnel d’un corps par rapport à sa propre masse qui permet de considérer ce mouvement comme dû à la seule structure de l’espace-temps [cf. ESPACE-TEMPS].

Dans la théorie d’Einstein, la masse inerte et la masse pesante (passive), identifiées a priori, disparaissent en quelque sorte: les équations de mouvement déterminent des trajectoires dans un espace-temps courbe en vertu de critères purement géométriques – ce sont les «géodésiques» de l’espace-temps. Il reste que la structure même de cet espace-temps courbe est déterminée par les masses pesantes (actives) des corps physiques.

Masse et énergie

Au début du siècle, Einstein a montré la nécessité de modifier les conceptions de la mécanique newtonienne en remplaçant les notions classiques d’espace et de temps par des notions plus élaborées et plus intriquées. On sait qu’un aspect majeur de ces nouvelles notions est l’existence pour tous les corps matériels d’une vitesse limite c , qui coïncide avec la vitesse de la lumière. Cela implique une modification de la dynamique newtonienne: à une force constante ne peut plus correspondre une accélération constante qui conduirait, sur un temps suffisant, à une vitesse supérieure à la limite c . Il faut donc nécessairement que l’inertie d’un corps augmente avec sa vitesse, et s’accroisse même indéfiniment lorsque cette vitesse approche la limite c , de façon qu’il soit de plus en plus difficile d’accélérer le corps et que sa vitesse ne puisse tendre qu’asymptotiquement vers c .

De fait, l’étude détaillée de la théorie amène à définir un coefficient d’inertie dépendant de la vitesse:

qui présente bien ces caractéristiques, m étant la masse du corps. Pour des vitesses v faibles devant c , qui sont celles de l’expérience commune et de la physique newtonienne, on peut négliger le terme v2/c 2 devant l’unité et écrire Im , retrouvant ainsi la masse comme coefficient inertiel. Insistons sur le fait que la masse m reste une constante caractéristique du corps, de sa quantité de matière. Il est incorrect et trompeur d’inclure la variation avec la vitesse dans la notion de masse comme on le fait parfois: mieux vaut définir l’inertie (variable) I (v) et la relier à la masse (constante) m .

Exerçant une force sur un corps, on accroît, en même temps que son inertie, son énergie en lui communiquant de l’énergie cinétique. La relativité einsteinienne fait apparaître une relation simple entre l’énergie totale d’un corps E et son inertie I ; c’est la relation fondamentale E = Ic 2 (où c est toujours la vitesse limite). Utilisant l’expression de l’inertie en fonction de la vitesse, on peut écrire cette relation sous la forme:

Le premier terme, dépendant de la vitesse et s’annulant pour v = 0, est tout simplement l’énergie cinétique E cin du corps; de fait, pour les faibles vitesses v, ce terme se réduit à l’expression newtonienne classique E cinm v2/2. Le second terme, E 0 = mc 2, est l’énergie du corps au repos (v = 0); c’est donc son énergie interne, dite encore énergie de masse.

L’identification qui apparaît ainsi entre masse et énergie interne (au coefficient c 2 près) est l’une des conséquences les plus célèbres et les plus marquantes de la relativité d’Einstein. C’est ce qu’on appelle, un peu rapidement sans doute, l’«équivalence masse-énergie». Elle implique une modification conceptuelle profonde de la notion même de masse et, en particulier, la perte de sa propriété d’additivité.

En effet, considérons plusieurs corps qui s’unissent en un autre plus stable, par exemple la réaction de combustion des atomes de carbone et d’atomes d’oxygène donnant naissance aux molécules de gaz carbonique, ou le cycle des réactions de fusion thermonucléaire conduisant de quatre noyaux d’hydrogène au noyau d’hélium (source de l’énergie stellaire). Il y a dégagement d’énergie (c’est le sens même de la stabilité) et donc diminution de l’énergie interne du corps final par rapport à la somme des énergies internes des composants. Il en va de même pour les masses, proportionnelles à ces énergies internes. Il n’y a plus additivité: la masse finale présente un «défaut» par rapport à la somme des masses initiales. Le dégagement d’énergie s’est fait aux dépens de la masse totale, ce qui permet d’exprimer le défaut de masse m en terme de la perte d’énergie interne E 0:

Cependant, ce défaut de masse est infime dans la pratique quotidienne, car la valeur du coefficient de conversion 1/c 2 est faible. Pour les assemblages mécaniques courants, le défaut de masse relatif m /m ne dépasse guère 10-15; pour un système gravitationnellement lié, tel le couple Terre-Lune, il est de l’ordre de 10-12; pour les composés chimiques liés par des forces électriques, il atteint à peine 10-7. Enfin, dans le cas des forces nucléaires, par exemple pour la réaction de fusion thermonucléaire précitée, il devient de l’ordre du millième et peut approcher l’unité pour les liaisons entre particules fondamentales.

On voit donc que l’additivité de la masse reste valable avec une excellente approximation dans le domaine des sciences et techniques courantes (mécanique, chimie); elle ne doit être sérieusement remise en cause que pour les phénomènes nucléaires et subnucléaires, où l’importance du défaut de masse relatif est un indice de l’intensité considérable des forces mises en jeu.

On a vu combien la relativité einsteinienne amenait à modifier la notion newtonienne de masse. En fait, le point de vue le plus systématique et le plus cohérent avec le principe de relativité consiste à définir la masse comme un «invariant relativiste» lié à l’énergie et à la quantité de mouvement d’un corps. Cela signifie que, si l’énergie E d’un corps et sa quantité de mouvement p sont variables avec sa vitesse et dépendent donc du système de référence utilisé, il existe une combinaison de ces grandeurs qui est invariante et prend la même valeur dans tous les référentiels. C’est justement la masse m , donnée par la relation:

À vitesse nulle, dans le référentiel où le corps est au repos, on a p = 0 et l’on retrouve mc 2 = E 0, donnant l’énergie interne. À titre de comparaison, la relation de Galilée correspondante entre E , p et m s’écrit:

où l’énergie interne E 0 est indépendante de m . L’intérêt de ces considérations est de faire apparaître une possibilité nouvelle qu’offre la théorie d’Einstein par rapport à la théorie de Newton, à savoir la possibilité de corps de masse nulle, m = 0. Pour ces corps, on a E = pc ; on peut voir, à partir de l’expression générale:

que l’on doit toujours avoir v = c . Autrement dit, de tels corps se déplacent toujours à la vitesse limite c , qui est donc nécessairement invariante (indépendante du référentiel; c’est l’une des bases de la relativité einsteinienne): accroître ou diminuer leur énergie ne change pas leur vitesse. Il n’existe évidemment pas de référentiel où ces corps soient au repos. Ces corps sont très éloignés des objets de l’expérience courante. À l’heure actuelle, on connaît comme particules de masse nulle le photon, ou quanton de lumière (c’est pourquoi la vitesse limite c est celle de la lumière), et peut-être certains des neutrinos.

Masse et interactions

Nous savons que la matière est composée d’atomes, eux-mêmes composés d’électrons et d’un noyau constitué de particules plus fondamentales: les quarks et gluons, qui forment les nucléons, regroupés dans le noyau. La masse d’un corps quelconque est donc fournie par celle de ses constituants, en tenant compte du défaut de masse introduit plus haut. Un grand intérêt s’attache ainsi à la compréhension des masses des particules.

Or, dans la physique quantique des particules et des interactions fondamentales, la notion de masse présente plusieurs aspects des plus intéressants. Rappelons tout d’abord qu’une interaction entre deux particules est transmise par l’échange entre elles de particules médiatrices, des quantons du champ d’interaction, tel le photon, vecteur de l’interaction électromagnétique entre particules chargées (cf. PHYSIQUE QUANTIQUE).

Ces quantons intermédiaires sont dits «virtuels»; leur existence éphémère, entre leur émission et leur absorption, ne peut dépasser, sous peine de violer la loi de conservation de l’énergie, une durée t liée, par l’inégalité de Heisenberg, à la dispersion en énergie E 礪黎 mc 2 nécessaire pour assurer leur apparition:

est la constante de Planck. Une action physique ne pouvant se propager à une vitesse supérieure à la vitesse limite c , la portée de l’interaction médiatisée par le quanton ne saurait agir à une distance supérieure à c t . En conséquence, la portée a d’une interaction est liée à la masse m du quanton qui la transmet par:

C’est ce raisonnement qui permit à Hideki Yukawa, en 1935, de prévoir la masse des mésons 神, responsables présumés des interactions nucléaires. La portée infinie des forces électromagnétiques s’explique grâce à la même formule, par la masse nulle du photon (cf. forces NUCLÉAIRES).

Il serait souhaitable, par ailleurs, que la théorie permette de comprendre et de calculer les valeurs des masses des particules. Or, malgré les grands progrès de la théorie des interactions fondamentales, les masses des particules y posent de sérieux problèmes. Certains faits sont clairs: les masses des particules sont d’autant plus grandes que les interactions qui les régissent sont plus intenses. Ainsi, les leptons (électrons, muons, neutrinos) qui ne sont pas soumis aux interactions nucléaires fortes sont nettement plus légers que les hadrons (nucléons, mésons, etc.) qui y sont soumis. Cela s’explique: si la masse d’une particule est son énergie interne (à 1/c 2 près), elle doit englober l’énergie dont les divers champs engendrés par la particule sont le siège, contributions d’autant plus fortes que ces champs correspondent à des interactions plus intenses.

Considérons par exemple le cas de l’électromagnétisme. Supposons qu’un électron hypothétique dépourvu de charge électrique (on le dit «nu») ait une masse m 0. Pour un électron réel, chargé, le champ électromagnétique qui l’entoure est porteur d’une énergie et donc d’une contribution 嗀m à la masse totale m , qui est ainsi somme de ces deux termes:

Seule la masse totale m est observable, bien que la théorie soit au départ exprimée à partir de la masse nue m 0. Il est donc nécessaire de «renormaliser» la théorie, pour l’exprimer en termes de la masse (renormalisée) m . Or le calcul, en électrodynamique quantique, fournit une valeur infinie pour la «correction» interactive 嗀m , ce qui implique évidemment une valeur également infinie pour la masse nue m 0 (puisque m est finie). Malgré cette situation étrange, on peut mener de façon cohérente la renormalisation de la théorie et éliminer les infinités ainsi apparues. Cette procédure conduit à des résultats admirablement précis, mais ses fondements mathématiques restent ouverts à l’interrogation. De plus, dans le cas des interactions fortes (chromodynamique quantique), on ne sait pas à l’heure actuelle mener cette procédure à terme [cf. PARTICULES ÉLÉMENTAIRES].

Le problème fondamental reste de comprendre les échelles de masse des particules à l’intérieur même de chaque famille. Ainsi, aucune ébauche d’explication n’existe encore pour comprendre les masses des leptons chargés – électron, muon, tauon –, qui sont dans les rapports respectifs 1 : 207 : 3 492.

En ce qui concerne les masses de leurs neutrinos, on ne sait pas si elles sont rigoureusement nulles, ou si, comme certaines indications récentes le laissent penser, les neutrinos muoniques et tauoniques ont des masses faibles, mais non nulles. Enfin, l’ordre de grandeur même de ces masses, par exemple celle de l’électron m e = 0,9 練 10-30 kg, reste mystérieux (on donne en général son énergie de masse en électronvolts, à savoir E e = m e c 2 = 0,51 MeV). Les mêmes questions se posent pour la famille des quarks.

Ces questions sont d’un intérêt capital non seulement pour la physique des particules, mais aussi pour la cosmologie. Divers problèmes quant à l’évolution initiale de l’Univers ou à sa structure présente (par exemple, son caractère ouvert ou fermé) dépendent des masses de ses constituants – connus ou non. Ainsi, l’existence d’une masse neutrinique non nulle pourrait modifier qualitativement le contenu énergétique total de l’Univers, comme la présence éventuelle de particules lourdes hypothétiques (monopoles, axions?). Il est possible que la solution des énigmes posées par les masses des constituants fondamentaux de la matière exige la formulation d’idées radicalement neuves.

1. masse [ mas ] n. f.
• fin XIe ; lat. massa, du gr. maza « pâte »
I
1Quantité relativement grande de substance solide ou pâteuse, qui n'a pas de forme définie, ou dont on ne considère pas la forme. Masse de pâte, de chair. Masse protoplasmique. Masse dure, solide. bloc, morceau. « les masses de pierre dont on élèvera des palais aux rois » (Diderot) . Masse informe. Loc. Tomber, s'affaisser, s'écrouler comme une masse, pesamment, comme une chose inanimée. « tout d'un coup [...] il devint blême et s'abattit devant le buffet, comme une masse » (Zola ).
Par ext. Quantité relativement grande d'une matière fluide formant une unité autonome, ou considérée comme telle. Masse d'eau que roule un fleuve. volume. Météorol. Masse d'air : flux d'air dont les caractéristiques physiques ont une certaine homogénéité. ⇒ front (II, 5o).
2 ♦ LA MASSE DE QQCH. : la masse que constitue cette chose. « un broc d'eau bouillante qu'elle filtrait dans la masse du linge » (Colette). « sentir sous son pied la masse élastique d'un cadavre » (Camus).
Absolt Pris, taillé dans la masse, dans un seul bloc de matière. Bibelot, statuette d'ivoire sculptés dans la masse, sans aucune partie rapportée.
3Réunion de nombreux éléments distincts (généralement de même nature) formant un ensemble perçu comme une totalité. agglomérat, agrégat, amas, conglomérat, magma. Masse de pierres, de cailloux. monceau, tas.
4Par ext. Ce qui est perçu comme une unité, un ensemble, dont on ne peut ou ne veut distinguer les éléments constitutifs.
Arts Ensemble de l'œuvre, par rapport aux éléments dont elle se compose. Colonnade qui allège la masse d'un édifice. Au plur. Principaux éléments d'une œuvre picturale, architecturale, considérés les uns par rapport aux autres, abstraction faite de leurs détails. Répartition des masses dans un tableau. Mus. Ensemble d'instruments, de voix qui jouent, chantent en même temps et forment une unité sonore. Masse instrumentale, orchestrale, vocale. Groupe d'instruments de même famille, de voix, qui forment une unité sonore dans un ensemble. Distinguer le hautbois au milieu d'une masse orchestrale.
Cour. Ce qu'on voit globalement, sans distinguer les détails ou les parties. « l'aube, incertaine encore, éclairait la masse blanche de Salonique » (Loti).
5Ensemble de nombreuses choses qui font corps. 2. ensemble, quantité. Réunir une masse de documents. La masse des connaissances humaines. 1. somme. « la masse des témoignages positifs accabla Michu » (Balzac).
L'ensemble d'une même chose (qui peut exister sous forme dispersée). totalité. La masse du sang de l'organisme. Masse monétaire.
6Spécialt (1615 dr.) Somme d'argent. Somme formée par les retenues faites sur la paie de chaque soldat. (1789) Allocations réglementaires, en espèces, d'un corps de troupe. Masse d'habillement, de couchage. caisse. (1718) Ensemble des retenues faites sur le salaire d'un prisonnier et qu'on lui remet à sa libération. (1842) Bourse commune d'un atelier d'élèves des Beaux-Arts (appelés massiers).
Dr. Ensemble de biens, de créances ou de dettes groupés pour arriver au calcul de certains droits. Masse active, passive. Masse successorale. Masse salariale.
7La masse, la grande masse de... : la majorité, par oppos. aux exceptions. La masse des mots français provient du latin.
8Fam. Grande quantité (sans idée d'ensemble). « Il va nous arriver une masse de marchandises d'Europe » (Rimbaud). Loc. fam. PAS DES MASSES . Il n'y en a pas des masses, pas beaucoup (cf. Pas des tas). — Assez peu, guère. Ça t'a plu ? — Pas des masses.
II(Êtres vivants)
1(v. 1175) Ensemble nombreux (de personnes ou d'animaux) assemblés et concentrés d'une manière temporaire ou pour un objet momentané. groupe; foule, rassemblement. Masse d'abeilles en essaim. « La masse autrichienne vint buter [...] sur le front de Joubert » (Madelin). Faire masse : composer un groupe nombreux (cf. Faire nombre).
Dr. Masse des créanciers : groupement légal des créanciers d'un débiteur en faillite ou en liquidation judiciaire. Masse des obligataires, chargée de défendre les intérêts des obligataires d'une même société.
2Multitude (de personnes) constituant un ensemble permanent. Les masses laborieuses. Les masses populaires.
(fin XVIIIe) Absolt LES MASSES : les couches populaires. ⇒ foule, peuple. Psychologie des masses. « Les masses ont l'instinct de l'idéal » (Hugo). « art des masses » (Malraux). populaire.
3L'ensemble qui fait corps, la majorité, par oppos. aux individus qui font exception. gros (le gros de), majorité. « ne faut-il pas qu'un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? » (Mirabeau). L'opposition a fait masse contre le projet. bloc, corps.
Absolt LA MASSE (par oppos. à l'individu, à l'élite). La pression de la masse. base (III, 2o). Ce spectacle plaît à la masse. public (grand public).Loc. DE MASSE : qui concerne, qui s'adresse à la masse. Culture de masse. Communications de masse. média.
4Fam. Grande quantité de personnes (sans idée d'ensemble). Il a une masse d'amis. foule, quantité; fam. flopée, foultitude, tapée. « Des fidèles, il en avait des masses » (Céline).
IIILoc. adv. EN MASSE.
1En formant une masse, tous ensemble en un groupe nombreux (cf. En bloc, en foule, en nombre). Levée en masse. « Toute la bonne compagnie se transporte en masse d'un salon à l'autre » (Mme de Staël).
2Fam. En grande quantité. « j'ai encore des courses et des emplettes [...] en masse ! » (Jaloux).
IV(XVIIIe) Phys., mécan.
1Quantité de matière d'un corps; rapport constant qui existe entre les forces qui sont appliquées à un corps et les accélérations correspondantes. Le poids est proportionnel à la masse. Unité de masse : kilogramme. Masse inerte et masse pesante. Vieilli Masse spécifique d'une substance : masse de l'unité de volume. ⇒ densité; volumique. Masse marquée, servant à la mesure des masses par pesée. ⇒ poids.
Phys. mod. Masse du proton, du neutron, de l'électron. Masses atomiques, moléculaires. Nombre de masse : nombre de nucléons dans un noyau d'atome. Masse critique : la plus petite masse nécessaire au maintien d'une réaction en chaîne dans une substance soumise à la fission.
2Électr. Masse électrique, magnétique : grandeur sur laquelle un champ (électrique, magnétique) exerce son action pour produire une force.
Cour. Conducteur commun auquel sont reliés les divers points d'un circuit qui doivent être affectés du même potentiel, en principe celui du sol. Mettre à la masse : relier électriquement à la masse. — Loc. fam. Être à la masse : être déboussolé, déphasé (cf. Être à côté de la plaque; marcher à côté de ses pompes).
⊗ CONTR. Bribe, brin, grain, parcelle. Individu. ⊗ HOM. poss. Mas. masse 2. masse [ mas ] n. f.
• 1508 « outil »; XIIe « arme »; lat. pop. °mattea, qu'on rapproche de mateola « outil pour enfoncer »
1Gros maillet de bois ou de métal (aussi marteau) utilisé pour enfoncer, frapper, dégrossir une matière brute. Masse de carrier, de sculpteur, de mineur, de corroyeur ( bigorne) .
Archéol. MASSE D'ARMES ou MASSE : arme de choc formée d'un manche et d'une tête de métal, souvent garnie de pointes ou évidée en ailettes. ⇒ casse-tête, massue, plommée.
Loc. fam. (1935) COUP DE MASSE : choc émotif, violent, accablant. Il a reçu le coup de masse. Spécialt Prix excessif. N'allez pas dans ce restaurant, c'est le coup de masse ! (cf. Coup de barre, de fusil, de massue).
2(1323) Bâton à tête d'or, d'argent, etc., porté dans un cortège par les huissiers (appelés massiers) qui précèdent certains personnages de marque (roi, chanceliers, sous l'Ancien Régime; recteurs, doyens d'université, de nos jours).
3(1721) Gros bout d'une queue de billard. Jouer avec la masse. massé.
masse 3. masse [ mas ] n. f.
• 1723; « écheveau » 1339; lat. mataxa
Comm. Quantité importante déterminée par l'usage.
Spécialt Cent quarante-quatre douzaines ou douze grosses.

masse nom féminin (latin massa, amas) Quantité importante d'une matière compacte, sans forme définie : Une masse de terre obstruait la route. Quantité, volume importants de liquide, de gaz formant une unité compacte : Des masses d'air froid viennent du nord-est. Volume important constitué d'éléments nombreux, serrés : Une masse de cheveux. Volume constitué par une quantité relativement importante : Rassembler une masse de documents. Aspect imposant d'un ensemble dont on ne distingue pas les parties, les détails : On aperçoit d'ici la masse blanche des nouveaux immeubles. Grande quantité de choses, de gens : Il y a des masses de candidats pour ce poste. La majorité, la plus grosse partie d'un ensemble défini : La masse des indifférents. Grand nombre de personnes formant un ensemble défini comme socialement homogène, par opposition à l'individu : Culture de masse. Le commun des hommes, la multitude, par opposition à l'élite : Un spectacle qui plaît à la masse. Automobile Ensemble métallique de la voiture par où se ferment les circuits électriques de l'équipement unifilaire. Beaux-arts Ensemble d'éléments constituant un tout au sein d'une composition, que ce soit par l'effet du dessin, de la couleur ou de la lumière. (On compose un sujet par masses en négligeant volontairement les détails.) Droit Ensemble de biens. Électricité Corps conducteur dont le potentiel est pris comme référence. Dans l'appareillage électrique, partie conductrice accessible qui n'est pas normalement sous tension, mais qui peut le devenir en cas de défaut. Jeux Somme d'argent engagée au jeu. Militaire Allocation forfaitaire attribuée à un corps de troupes pour subvenir aux besoins d'un chapitre déterminé (habillement, campement, couchage, ameublement, casernement). Physique Quotient de la force appliquée à un corps par l'accélération que cette force imprime au mouvement de ce corps (masse inerte) ; grandeur qui caractérise un corps en ce qui concerne l'attraction qu'il subit de la part d'un autre (masse pesante). [Unité SI : le kilogramme.] Topographie Ensemble des parcelles appartenant à un ou plusieurs propriétaires. Travaux publics Ensemble de la pierre en sa place naturelle dans la carrière. ● masse (citations) nom féminin (latin massa, amas) Napoléon Ier, empereur des Français Ajaccio 1769-Sainte-Hélène 1821 Les hommes qui ont changé l'univers n'y sont jamais parvenus en gagnant des chefs ; mais toujours en remuant des masses. Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène Ovide, en latin Publius Ovidius Naso Sulmona, Abruzzes, 43 avant J.-C.-Tomes, aujourd'hui Constanţa, Roumanie, 17 ou 18 après J.-C. Masse confuse et informe. Rudis indigestaque moles. Les Métamorphoses, I, 7 Baltasar Gracián y Morales Belmonte 1601-Tarazona 1658 Penser avec le petit nombre et se faire entendre de la masse. Sentir con los menos y hablar con los más. Oráculo manual y arte de prudencia Mao Zedong, Mao Tsö-tong ou Mao Tsé-toung Shaoshan, Hunan, 1893-Pékin 1976 Les masses sont les véritables héros. Citations du président Mao Tsé-Toung, XI Mao Zedong, Mao Tsö-tong ou Mao Tsé-toung Shaoshan, Hunan, 1893-Pékin 1976 Partir des masses pour retourner aux masses. Citations du président Mao Tsé-Toung, XI masse (difficultés) nom féminin (latin massa, amas) Accord 1. Masse de, accord du complément. Une masse de est suivi, en fonction du sens, d'un complément au singulier ou au pluriel. Lorsque le complément est non comptable, il est au singulier : il y a une masse de linge à repasser ; une masse de travail avoisinant les dix mille heures (on dit dans ce sens : du linge, du travail, et non des linges, des travaux). Lorsque le complément est comptable, il est au pluriel : la masse de documents à trier défie l'imagination (on dit des documents et non du document). 2. Accord du verbe et de l'attribut. Avec une masse de, la masse des, le verbe et l'attribut se mettent au singulier : la masse des électeurs a été déçue et a sanctionné la majorité sortante. Registre 1. Une masse de (+ nom de personnes) : une masse d'amis, une masse de gens. Expression courante dans le registre familier. Recommandation Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer beaucoup d'amis, de très nombreux amis, une quantité d'amis, une foule de gens, etc. 2. Pas des masses = pas beaucoup. Courant dans l'expression orale relâchée. Recommandation Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer peu, trop peu, vraiment peu, un petit nombre, un trop petit nombre, etc. ● masse (expressions) nom féminin (latin massa, amas) Comme une masse, lourdement, de tout son poids. Dans la masse, à partir d'un bloc homogène de matière : Statue taillée dans la masse. En masse, en grande quantité, en grand nombre, en foule. Familier. Pas des masses, pas beaucoup. Plan de masse, plan à petite échelle, ne donnant d'une série de bâtiments que les contours et souvent, par des ombres, une indication des volumes. Rapport de masse d'une fusée, rapport entre la masse initiale de la fusée lors de sa mise à feu et sa masse finale à l'achèvement de la combustion des ergols. Masse manquante, synonyme de matière noire. Masse adhérente, partie de la masse totale d'un engin de traction correspondant au poids transmis à la voie par l'ensemble des essieux moteurs. Masse indivisible, marchandise formant bloc qu'on ne peut diviser, et souvent d'un volume particulièrement encombrant et d'un poids élevé. Masse des obligataires, groupement organisé par la loi qui représente tous les créanciers obligataires d'une société commerciale issus d'une même émission d'obligations. Masse monétaire, ensemble des billets en circulation, des monnaies divisionnaires et des dépôts à vue ainsi que, au sens large, les comptes sur livrets, comptes d'épargne-logement, dépôts à terme, etc. Masse salariale, ensemble des salaires directs et des charges sociales correspondantes payés par les entreprises. Mise à la masse, opération qui consiste à relier un conducteur au bâti d'une machine ou à une masse métallique jouant en général le rôle de terre. Effet de masse, ensemble des perturbations (physiologiques et comportementales) provoquées chez certaines espèces par une forte densité d'animaux confinés dans un espace restreint. Mouvement de masse, sur un versant, déplacement d'un volume de débris ou de roche en place dont les éléments restent liés. (Les glissements de terrain et les solifluxions en sont des exemples.) Masse d'eau, grand volume d'eau marine caractérisée par une température et une salinité spécifiques. Mémoire de masse, mémoire externe adressable de très grande capacité (bande magnétique, disque dur, disquette). Masse magnétique, chacune des grandeurs fictives, positives ou négatives, que l'on peut définir dans un aimant permanent pour calculer les forces qui s'exercent sur lui. Masse d'air, vaste cellule atmosphérique approximativement homogène dans le sens horizontal. Masse marquée, solide servant de mesure de masse et portant l'indication de sa masse nominale. Abattage en masse, foudroyage en masse, abattage, foudroyage systématique d'une masse importante de roche, sans chercher aucune sélection. Masse au mètre carré, synonyme de grammage. Masse volumique, quotient de la masse d'une substance par son volume. (Unité SI : le kilogramme par mètre cube.) Nombre de masse, nombre de nucléons d'un noyau. (Se note A.) [Il exprime à peu près la masse du noyau en unité de masse nucléonique.] Parti de masse, parti regroupant autour d'une idéologie politique de nombreux adhérents fortement encadrés. Société de masse, type d'organisation sociale où la majorité des institutions s'adresse aux membres de la société perçus comme groupe homogène, non différencié par les structures sociales. Plan de masse, plan d'un terrain où les cultures sont figurées ensemble sans distinction de parcelles. Travailler dans la masse, exécuter une pièce en partant d'un bloc compact. ● masse (homonymes) nom féminin (latin massa, amas) mas nom masculin masse forme conjuguée du verbe masser massent forme conjuguée du verbe masser masses forme conjuguée du verbe massermasse (synonymes) nom féminin (latin massa, amas) Quantité importante d'une matière compacte, sans forme définie
Synonymes :
- agglomérat
- conglomérat
Volume important constitué d'éléments nombreux, serrés
Synonymes :
- tas
Volume constitué par une quantité relativement importante
Synonymes :
La majorité, la plus grosse partie d'un ensemble défini
Synonymes :
Le commun des hommes, la multitude, par opposition à l'...
Synonymes :
- populo (très familier)
Industrie du papier. Masse au mètre carré
Synonymes :
masse nom féminin (latin populaire mattea) Outil formé d'une lourde tête (métallique ou en bois) percée d'un trou dans lequel est fixé un long manche, servant à frapper, casser, enfoncer, etc. Histoire Bâton à tête d'or, d'argent ou d'autre métal qui était porté dans les cérémonies devant le roi ou certains dignitaires. Jeux Gros bout d'une queue de billard. Métallurgie Marteau de forge sans panne, d'un poids de 12 kg environ. Sculpture Gros marteau de fer de section carrée, sans panne, avec lequel on frappe sur les outils (pointes et ciseaux) qui servent à dégrossir la pierre dure. ● masse (expressions) nom féminin (latin populaire mattea) Masse d'armes, arme formée d'un manche assez fin et élastique terminé par un solide de métal, sphéroïde, cubique ou pyramidal. (La masse d'armes a été utilisée jusqu'au XVIe s.) Masse oscillante, dans une bouche à feu, ensemble du tube et du frein récupérateur. Masse frappante, partie mobile d'une machine à forger par choc (marteau-pilon ou mouton). ● masse (homonymes) nom féminin (latin populaire mattea) mas nom masculin masse forme conjuguée du verbe masser massent forme conjuguée du verbe masser masses forme conjuguée du verbe masser

masse
n. f.
d1./d Marteau à tête très lourde et sans panne.
d2./d Gros bout d'une queue de billard.
————————
masse
n. f.
rI./r (Choses)
d1./d Quantité relativement grande (d'une matière), d'un seul tenant et sans considération de forme. Une énorme masse de granit. La masse d'eau qui déferle après rupture d'un barrage.
Loc. Tomber, s'écrouler comme une masse, pesamment.
|| METEO Masse d'air: région de l'atmosphère (s'étendant sur des surfaces de plusieurs millions de km² et sur une épaisseur de plusieurs kilomètres) dont les propriétés présentent une certaine homogénéité.
d2./d Bloc que constitue une matière. Pris, taillé dans la masse, dans un seul bloc de matière.
d3./d Ensemble constitué de choses de même nature. J'ai pris celui-là au hasard dans la masse.
d4./d Totalité d'une chose, par oppos. à toute partie de cette chose. La masse sanguine.
d5./d Ensemble constitué de nombreux éléments distincts réunis.
d6./d Ensemble des parties d'un tout, considérées dans leurs rapports.
ARCHI Plan de masse, ou plan-masse, qui représente une construction ou un ensemble de constructions et le complexe des aménagements extérieurs (voies de desserte, espaces verts, etc.).
d7./d Somme d'argent affectée à une catégorie de dépenses particulières. Masse salariale.
|| ECON Masse monétaire: ensemble de la monnaie immédiatement disponible et de la quasi-monnaie.
d8./d Loc. adv. En masse: en grande quantité.
rII./r (êtres animés.)
d1./d Grande quantité de personnes ou d'animaux rassemblés.
d2./d Grand nombre de personnes constitué en groupe humain.
|| Absol. Les masses: les couches populaires.
d3./d Le plus grand nombre des hommes, des choses. La grande masse des électeurs a voté pour lui.
|| Péjor. (Par oppos. à l'élite.) Plaire à la masse.
Loc. De masse. Culture de masse.
d4./d Loc. adv. En masse: tous ensemble et en grand nombre. Voter en masse.
rIII/r PHYS, MECA
d1./d Grandeur fondamentale liée à la quantité de matière que contient un corps et qui intervient dans les lois de son mouvement. Le kilogramme, unité de masse SI.
Masse volumique: masse de l'unité de volume (autref. appelée masse spécifique, elle s'exprime en kg/m³ et ne doit pas être confondue avec la densité.
|| Centre de masse: barycentre des masses élémentaires d'un corps.
d2./d PHYS NUCL Nombre de masse: nombre total des protons et des neutrons d'un atome.
Masse critique: masse de matière fissile au-delà de laquelle une réaction en chaîne peut s'amorcer.
d3./d CHIM Masse atomique molaire: nombre qui mesure la masse d'un nombre N d'atomes, N désignant le nombre d'Avogadro soit 6,02.10 23. (Par définition, la masse de N atomes de l'isotope 1 2 6 C du carbone est égale à 12 grammes.)
Masse moléculaire molaire: masse d'un nombre N de molécules.
d4./d ELECTR Parties conductrices d'un appareil, d'une machine, par lesquelles s'effectue le retour du courant au générateur. Mettre à la masse: relier un bâti à ces parties conductrices.
Encycl. Phys. - Masse et poids sont deux grandeurs essentiellement différentes. La masse est un nombre qui caractérise l'inertie d'un corps, c.-à-d. la résistance que ce corps oppose à un changement de vitesse; elle est indépendante du lieu où l'on effectue la mesure. Le poids est une force qui s'exerce sur un corps placé dans un champ de gravitation (dû à une planète, une étoile, etc.); elle est proportionnelle à l'intensité de ce champ. En un lieu donné, la masse m et le poids p d'un corps sont liés par la relation p = mg, g étant l'accélération de la pesanteur en ce lieu.

I.
⇒MASSE1, subst. fém.
I. — [Caractéristique physique des choses]
A. — 1. La masse d'une chose, d'un objet. L'ensemble physique que constitue dans l'espace cette chose, cet objet, caractérisé par son volume, sa rigidité, sa densité, etc. Le choc, très doux par ce calme, était tout à fait amorti; il avait été si faible même, que vraiment il semblait que cet autre navire n'eût pas de masse et qu'il fût une chose molle, presque sans poids (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 188). Un grand viaduc enjambe, pour le chemin de fer, la vallée (...). Sa réalité, sa masse, se dissolvent dans la brume (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 47):
1. La racine du marronnier s'enfonçait dans la terre, juste au-dessous de mon banc. Je ne me rappelais plus que c'était une racine (...). J'étais assis, un peu voûté, la tête basse, seul en face de cette masse noire et noueuse, entièrement brute et qui me faisait peur.
SARTRE, Nausée, 1938, p. 162.
[Caractérisé par le poids, la force cinétique] Le drap se creusait depuis ses seins jusqu'à ses genoux, se relevant ensuite à la pointe des orteils; et il semblait à Charles que des masses infinies, qu'un poids énorme pesait sur elle (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 186). Lentement, il recula d'environ trois cents mètres, pour prendre du champ. (...) il y jeta [sur l'obstacle] la Lison, de toute sa masse, de tout le poids du train qu'elle traînait (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 151).
Chose, objet qui a perdu sa forme. À la longue, du fait de la multiplication et de l'accroissement des tuméfactions, le pied devient une masse énorme, informe (QUILLET Méd. 1965, p.310).
2. Corps d'un être vivant dont s'est retirée la vie, corps d'une personne ayant perdu conscience. Enfin il distingua une masse échouée en travers du lit, des bras qui battaient l'air. Le malade avait glissé jusqu'au bord du matelas; Adrienne et la garde cherchaient vainement à le relever (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1271). Il ramena du haut du toit une petite masse inerte et molle, aux yeux sans regard et dont le coeur ne battait presque plus (GIDE, Feuillets d'automne, 1949, p. 1119).
Comme une masse. (S'écrouler, tomber, etc.) comme une masse. Lourdement, comme le ferait un objet lâché. «Mon fils!... Oh! je t'ai livré!...» Elle tomba comme une masse privée de vie (BALZAC, Annette, t. 4, 1824, p. 15). Dormir comme une masse. En perdant toute conscience. Un homme harassé de fatigue et qui s'est endormi comme une masse sans avoir la force de se dévêtir (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 15).
Corps d'un être humain dont la silhouette, les formes ont disparu ou sont masquées:
2. L'Isabelle, la Sérafine et la Soubrette prirent place sur ce banc, et leur poids réuni à celui bien léger de la petite fille suffisait à peine pour contre-balancer la masse de la Duègne, assise à l'autre bout.
GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 60.
B. — 1. L'ensemble continu, solide ou plus ou moins cohérent, que constituent les éléments matériels dont sont formés les corps naturels. Masse amorphe, dure, épaisse, granuleuse, molle, opaque, solide, visqueuse; masse en ébullition, en fusion. La cristallisation est une opération dans laquelle les parties intégrantes d'un corps séparées les unes des autres par l'interposition d'un fluide sont déterminées par la force d'attraction qu'elles exercent les unes sur les autres à se rejoindre pour former des masses solides (LAVOISIER, Traité chim., t. 2, 1789 ds Pages choisies, Paris, Éd. Soc., 1974, p. 200). Le verre est une «solution solide», un «gel», une masse amorphe, l'antithèse des corps cristallisés; il ne manifeste naturellement aucun caractère anisotrope (METTA, Pierres préc., 1960, p. 108):
3. Tout corps brut ou inorganique n'a l'individualité que dans la molécule intégrante: les masses, soit solides, soit fluides, soit gazeuses, qu'une réunion de molécules intégrantes peut former, n'ont point de bornes (...). Au contraire, tout corps vivant possède l'individualité dans sa masse et son volume.
LAMARCK, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 378.
2. Masse + compl. en de ou adj. de relation désignant la substance. Masse de graisse, de pâte; masse argileuse, gélatineuse. [Des robes] décolletées en rond contenaient, comme des corbeilles précieuses, des masses de chair trop douce ou trop voluptueuse ou trop fière (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 47). Les projections liquides des volcans, les injections jusqu'à la surface des filons métalliques ont fait admettre, jusqu'à nos jours, que la terre était une masse de corps en fusion, solidifiée à la surface (COMBALUZIER, Introd. géol., 1961, p. 59):
4. ... la cellule apparaît, essentiellement, comme une petite masse de substance vivante ou protoplasme, pourvue d'une vésicule interne ou noyau.
J. ROSTAND ds Biol., 1965, préf., p. X (Encyclop. de la Pléiade).
Se prendre en masse. Coaguler, se solidifier. [L'exsudat] se prend en masse au bout de quelques heures, comme de la gelée (CALMETTE, Infection bacill. et tubercul., 1920, p. 178).
Taillé, pris dans la masse. Taillé, pris d'un seul tenant dans la matière, sans parties rapportées ou plaquées. C'est là qu'on voit bien si l'ornement est pris dans la masse, comme les saints de pierre, ou moulé abstraitement, comme les saints de plâtre (ALAIN, Propos, 1921, p. 307).
3. Unité autonome que constitue une substance déterminée, sans pour autant former un corps défini. Les foyers ainsi développés ont le volume d'une noix ou d'une pomme (...). La masse isolée, irrégulièrement délimitée, se détache peu à peu du tissu voisin, des vaisseaux, des bronches et parfois de la plèvre viscérale. Elle forme une masse compacte, de couleur brun-foncé, qui est macérée dans le pus et progressivement détruite (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 241).
C. — 1. Tas, amoncellement fait d'une grande quantité d'éléments de petite taille et de même nature formant un tout indistinct. Dans la poche gauche de sa culotte, une masse de gros sols (BAUDEL., Poèmes prose, 1867, p. 135).
2. Ensemble constitué par accumulation d'une grande quantité d'une substance plus ou moins fluide. Masse(s) d'eau, de neige. Une masse énorme de nuages pèse sur toute l'île. On commence à distinguer sous ce rideau sombre la verdure et les cocotiers (LOTI, Mariage, 1882, p. 215). Quand la brise ne souffle pas, la chaleur et son odeur fauve s'accumulent en lourdes masses et restent immobiles (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 178).
MÉTÉOR. Masse d'air. Partie importante de l'atmosphère possédant des caractéristiques physiques et une structure suffisamment homogènes, en particulier du point de vue thermique, pour pouvoir être identifiée et suivie pendant plusieurs jours (d'apr. Encyclop. univ. t. 10 1971, s.v. masse d'air).
3. Ensemble d'un seul tenant, ayant son unité. D'autres [seigneurs], au lieu de prendre en une seule masse la part qu'ils s'attribuoient, ont choisi pour leur lot, diverses portions éparses qui étoient à leur convenance (ROBESP., Discours, Restit. biens commun., t. 6, 1790, p. 221). Elles [les rivières] ne forment pas une vallée unique, mais elles relient un chapelet de vals successifs. Le tout donne l'impression d'une masse homogène qui a conservé en partie sa structure primitive (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 248).
4. Ensemble perçu visuellement. Un acteur vis-à-vis d'un public nombreux ne voit qu'une masse confuse, où ses yeux ne peuvent distinguer un seul individu (MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p.31):
5. Le ciel était d'un beau gris pâle et, à mes pieds, les toits de tuile formaient une grande masse indistincte d'un rose sombre.
GREEN, Journal, 1935, p. 15.
Ensemble perçu auditivement. Masse orchestrale, vocale. Elles [les vibrations] se fondent, elles se mêlent, elles s'effacent l'une dans l'autre, elles s'amalgament dans un magnifique concert. Ce n'est plus qu'une masse de vibrations sonores qui se dégage sans cesse des innombrables clochers (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 163). Cette voix (...) tranchait sur la masse du chant, comme celle d'une prima donna sur l'harmonie d'un finale (BALZAC, Langeais, 1834, p. 134).
5. ARCHIT. Structure d'ensemble d'une oeuvre architecturale comportant différents bâtiments ou différents volumes.
Plan de masse, plan-masse. V. plan.
6. BEAUX-ARTS, MUS., au plur. Les parties principales (d'un tableau, d'une oeuvre architecturale ou orchestrale) envisagées dans leurs rapports réciproques, abstraction faite des détails qui les composent elles-mêmes. Artiste plastique, procédant par masses et par détails crus, sans réflexion, sans finesse, sans philosophie (BARB. D'AUREV., Memor. 1, 1836, p.84). La couleur n'exclut certainement pas le grand dessin, celui de Véronèse, par exemple, qui procède surtout par l'ensemble et les masses; mais bien le dessin du détail, le contour du petit morceau, où la touche mangera toujours la ligne (BAUDEL., Salon, 1846, p.109).
Au fig. Je me bornerai à présenter ici les principaux traits qui caractérisent chacune de ces époques; je ne donnerai que les masses, sans m'arrêter ni aux exceptions, ni aux détails (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, av.-pr., p. 13):
6. ... nous dirons, d'un point de vue général, en ne prenant que les ensembles et les masses dans le chaos des juridictions communales, que l'île était à l'évêque, la rive droite au prévôt des marchands, la rive gauche au recteur.
HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 139.
7. INFORMAT. Mémoire de masse. ,,Mémoire de grande capacité servant au stockage de fichiers de grandes dimensions`` (GING.-LAURET 1973).
8. Au fig., rare. Une masse plus ou moins considérable d'états psychiques (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p. 20). Psychologiquement, abstraction faite de son expression par les mots, notre pensée n'est qu'une masse amorphe et indistincte (SAUSSURE, Ling. gén., 1916, p. 155). J'avais une masse touffue de tendresse, prête, mon Dieu, à être donnée un peu à n'importe qui (MONTHERL., J. filles, 1936, p. 1029).
II. — [Grandeur physique caractérisant la matière]
A. PHYS. et MÉCAN. CLASS. Rapport constant entre toute force appliquée à un corps et l'accélération qui lui est ainsi imprimée. La masse d'un corps:
7. ... si deux corps pesans se tiennent par un fil passant sur une poulie, comme les forces qui résultent de leur pesanteur, et qui sont proportionnelles aux masses, tirent le fil en sens contraire, il n'y a que la différence de ces forces qui puisse leur imprimer du mouvement; et comme les deux corps doivent se mouvoir conjointement et parcourir le même espace vertical dans le même temps, la masse totale à mouvoir est la somme des masses; ainsi, l'action de la gravité pour mouvoir ces corps, se trouve diminuée en raison de la différence des masses à leur somme; par conséquent, les espaces parcourus au bout d'un temps quelconque, seront à ceux d'un corps pesant qui tombe librement, dans la même raison.
LAGRANGE, Fonctions analyt., 1797, p. 238.
Quantité de matière:
8. La masse [it. ds le texte] d'un corps est la quantité de matière dont il est composé. Dans les corps homogènes, la masse est proportionnelle au volume; mais les corps formés de différentes substances, comprennent, en général, sous le même volume, des quantités de matière plus ou moins grandes. Nous nous représentons les parties intimes de tous les corps de la nature, séparées les unes des autres par des espaces vides, que nous appelons pores de la substance...
POISSON, Mécan., t. 2, 1811, p. 2.
Masse volumique.
Centre de masse (v. centre II A).
B.PHYS. RELATIVISTE, PHYS. NUCL. [Formant couple avec la notion d'énergie] La relation quantitative entre l'énergie et la masse a été donnée par Einstein et par le professeur Langevin simultanément. Cette relation est très simple: l'énergie libérée par la dématérialisation d'une masse m est égale au produit de cette masse par le carré de la vitesse de la lumière:E = mc2 (F. JOLIOT-CURIE, La Désintégration atomique, 13 nov. 1945 ds Morceaux choisis, Paris, Éd. Soc., 1959, p. 27):
9. La masse, par laquelle se mesurait l'inertie, attribut primordial de la matière, était considérée comme un élément essentiellement invariable caractérisant une portion donnée de matière. Cette notion s'évanouit maintenant et se confond avec celle d'énergie: la masse d'une portion de matière varie avec l'énergie interne de celle-ci, augmente et diminue avec elle. Une portion de matière qui rayonne perd de son inertie en quantité proportionnelle à l'énergie rayonnée. C'est l'énergie qui est inerte; la matière ne résiste au changement de vitesse qu'en proportion de l'énergie qu'elle contient.
P. LANGEVIN, L'Évolution de l'espace et du temps, Conf. au Congrès de philos. de Bologne, 1911 ds La Pensée et l'action, Paris, Éd. Soc., 1964, p. 81.
Spectrographe de masse.
Masse critique. ,,Masse minimum de substances radioactives capable de déclencher une réaction en chaîne`` (CHARLES 1960).
C.CHIM. Synon. de poids:
10. Les éléments ont cependant une propriété exactement mesurable, c'est leur poids atomique. Le poids de l'atome exprime la masse relative de l'atome ou, en d'autres termes, abstraction faite de la notion de l'atome, cette grandeur montre le rapport qui existe entre les masses constituantes des unités chimiques indépendantes, c'est-à-dire des éléments.
MENDÉLÉEFF, Principes de chim., 1868-71 ds Cah. pour l'analyse, 1968, n° 9, p. 196.
Masse atomique. Synon. de poids atomique.
Masse moléculaire ou molaire. Synon. de poids moléculaire.
D. ÉLECTR., MAGNÉT.
Masse magnétique. Grandeur fictive caractéristique d'un pôle d'aimant et proportionnelle, par définition, à la force qu'exerce ce pôle sur un autre pôle (LAITIER 1969).
Masse électromagnétique. La masse électromagnétique, c'est-à-dire l'inertie due à la charge électrique d'un corps (F. PERRIN, Dyn. relativ., 1932, p. 8).
ÉLECTR. Ensemble des pièces métalliques ou conductrices d'un appareil électrique, d'un véhicule, normalement isolé des organes sous tension. Le courant secondaire passe à travers la fêlure et saute, soit à la masse, soit à un autre fil de bougie (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.349).
Mettre à la masse. Mettre en contact un élément sous tension avec cette masse. [En parlant d'un fil] Être à la masse. Être en contact avec la masse. Au premier coup d'œil, Victor vit l'endroit où l'un des fils, complètement découvert, était à la masse (MAGNANE, Bête à concours, 1941, p. 296).
Au fig., fam. Être à la masse. [En parlant d'une pers.] Être en dehors du coup, n'avoir pas un comportement normal.
III. — [Terme de quantification]
A. — Grande quantité de.
♦[Le compl. en de est un subst. au plur.] Cependant je croirais que l'éloignement fait mieux juger d'une aussi grande masse d'événements (STAËL, Lettres jeun., 1790, p.416). Quant aux centaines de récits de la vie militaire, c'est par leur masse qu'ils valent, plutôt qu'individuellement. Ils forment un tas, un bataillon (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p.147).
♦[Le compl. est un subst. plur. désignant des pers.] La méditation précédente a démontré que nous possédons en France une masse flottante d'un million de femmes, désignées sous le nom de femmes honnêtes (BALZAC, Physiol. mar., 1826, p.76).
♦[Le compl. est un subst. non nombrable] Il s'est formé une masse progressive d'instruction, une atmosphère croissante de lumières, qui, désormais, assurent solidement l'amélioration (VOLNEY, Ruines, 1791, p.106). Songez à la masse fabuleuse de beauté que l'orgue et les vitraux répandent chaque jour dans le vide des vieilles cathédrales (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.41).
Pop. ou fam. Des masses de. Beaucoup, énormément de. Synon. des tas de. Eh bien! tu y joindras celles [lettres autographes] que tu m'as escroquées... tu m'en as pris des masses (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p.351). Oh! c'est une dame bien vive, bien gentille, bien comme il faut. Le bon Dieu n'en met pas des masses comme ça sur la terre. Après vous, il n'y a qu'elle (ZOLA, Page amour, 1878, p.989).
Pop. (Il n')y en a pas des masses. Il n'y en a guère.
B. — 1. Total de biens, de valeurs. Selon eux [les économistes], les manufacturiers et les négocians, ne pouvant rien ajouter à la masse commune des richesses, ne vivent qu'aux dépens de ceux qui seuls produisent, c'est-à-dire, des propriétaires et des cultivateurs des terres (SAY, Écon. pol., 1832, p.65).
Masse monétaire. ,,Ensemble des moyens monétaires relevant de la monnaie métallique, de la monnaie papier et de la monnaie scripturale`` (BOUV.-IBARR. 1975).
Masse salariale, des salaires. Total des salaires directs et des cotisations sociales payées par les employeurs d'une entreprise ou au niveau national (d'apr. Admin. 1972).
2. Vx, COMM. Quantité d'une marchandise (constituée d'un grand nombre d'éléments) évaluée au poids ou au volume. Une masse de perles, de plume. (Dict. XIXe et XXes.).
C. — 1. Somme, quantité de valeurs constituées par des apports particuliers et servant à financer des besoins collectifs. Synon. cagnotte. L'intention de Sa Majesté est que le solde de ceux qui viendraient à mourir pendant la campagne, à compter du jour de leur décès, soit mise en masse pour être distribuée en gratification aux gens de l'équipage dont l'homme décédé faisait partie (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p.61):
11. Les mêmes réflexions peuvent s'appliquer à tous les autres établissemens, soit de charité, soit d'économie, qui, en réunissant un grand nombre de petits moyens, formeroient une masse inépuisable de secours, pour subvenir aux besoins des nécessiteux, et alléger le poids des misères de la vie.
CRÈVECOEUR, Voyage, t. 3, 1801, p.236.
Mettre à la masse. Cotiser. Roger et Gabrielle avaient fini par faire ménage commun et bourse commune, c'est-à-dire que Roger (...) avait mis à la masse dix ou vingt fois plus que l'actrice (MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p.124).
2. Somme constituée de retenues faites sur le salaire d'un prisonnier et qui lui est remise à sa libération. J'ai de l'argent. Ma masse. Cent neuf francs quinze sous que j'ai gagnés au bagne par mon travail en dix-neuf ans (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p.96).
3. Somme constituée de la réunion des mises de plusieurs joueurs. Synon. pot. Mettre à la masse.
Mise. Je fais cinq masses. Il sort des numéros stupides (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p.105).
4. DR. ,,Ensemble de biens, de créances ou de dettes groupées pour arriver au calcul de certains droits`` (CAP. 1936). On procède devant cet officier, aux comptes que les copartageans peuvent se devoir, à la formation de la masse générale, à la composition des lots, et aux fournissemens à faire à chacun des copartageans (Code civil, 1804, art. 828, p.152).
D.En masse, loc. adv.
1. Pop. En grande quantité. Production en masse. L'épouvante était en ville, car les brigands sur leur chemin répandaient le sang en masse (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p.227). Modère, la Gaillarde. (...) Prends ton pas de tous les jours. On a du temps en masse (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p.110). Des armes de destruction en masse (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p.10).
2. Vieilli. En tant que totalité. Synon. en bloc. Ce qu'il avait d'abord senti en masse, il le sent ensuite en détail (DESTUTT DE TR., Idéol. 3, 1805, p.327). Je serai à Paris vers le 26 et je les trouverai [les épreuves] et les corrigerai en masse (LAMART., Corresp., 1835, p.171):
12. — Combien vous coûtent-elles [les armes], dit-il? — Je vous jure que je l'ignore, parce qu'étant achetées en bloc, et vous les livrant au triage, il faudra leur donner un prix, non pas en masse, mais à la pièce, et cela n'est pas facile à faire.
BEAUMARCHAIS, Époques, 1792, p.148.
Pour l'essentiel. Synon. en gros, tout compte fait, au total. L'échec des Hollandais est certain, mais en masse la prise du camp de Famars est et doit être considérée comme un avantage réel pour les armées combinées (STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1793, p.108). Ceci est une réponse définitive, il n'y a plus à m'en reparler, j'ai tenu en masse ce que j'ai promis (BALZAC, Corresp., 1832, p.60).
IV. — [Ensemble de pers.]
A. — 1. Concentration de soldats. Formation en masse.
Masse de manoeuvre. Troupes en réserve pour une manoeuvre, une opération. Au fig. Moyens disponibles pour un objectif. Des masses de manoeuvre formidables se sont constituées. La presse, le cinéma, la radiophonie, — que dis-je? le livre, la philosophie, la religion, sont les armes dont nos maîtres jouent pour circonvenir, assourdir, ahurir la pauvre monade électorale (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.118).
Masse de réserve. Dès le 2 au soir, je donnai l'ordre d'exécuter cette variante. Cette décision avait, sans doute, pour effet d'engager de bonne heure l'emploi de la principale masse de réserve (JOFFRE, Mém., t. 2, 1931, p.234).
2. Foule. Des gens disparaissaient dans cette masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d'équinoxe, avec un long mugissement, sous une impulsion irrésistible (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p.111):
13. Nous étions là une masse immense et mouvante, faite de petits groupes fermés, dressés par l'expérience à se méfier les uns des autres, sans nul esprit de camaraderie, sans nul lien de solidarité, — un troupeau, un troupeau vraiment, où triomphait le sinistre «chacun pour soi».
AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.53.
3. DR. Masse des créanciers. ,,Groupement des créanciers d'un débiteur en état de cessation de paiement, constitué par le jugement qui prononce le règlement judiciaire ou la liquidation des biens`` (BARR. 1974).
B. La masse de + subst. désignant une collectivité. La totalité ou la grande majorité de. Et les factions nombreuses des méchants intéressés au mal? Que peuvent-elles, quand on a pour soi la masse du peuple, corps de la nation? (MARAT, Pamphlets, Suppl. Offrande à la Patrie, 1789, p.51). Avant la Révolution, les manoeuvres qui forment la masse de la classe industrielle avaient des soutiens, puiqu'ils faisaient cause commune avec les banquiers, les négociants et les manufacturiers (SAINT-SIMON, Brouillon inéd., s.d. [ca 1817] ds Textes choisis, Paris, Éd. Soc., 1951, p.142):
14. Les martyrs rendent témoignage au peuple. Seule la classe ouvrière dans sa masse [it. ds le texte] aura été fidèle à la France profanée. À l'heure où j'écris (novembre1941), tant d'autres Français sont mus par une passion élémentaire: la peur!
MAURIAC, Cah. noir, 1943, p.364.
C.Emploi abs. Ensemble de personnes envisagé comme une totalité (p. oppos. à la fois à individu, personne, etc. et à corps social, société, communauté). Synon. peuple.
1. Au sing. Si, dans un temps, dans un lieu, des individus sont devenus meilleurs, pourquoi la masse ne s'améliorerait-elle pas? (VOLNEY, Ruines, 1791, p.101). Pour améliorer le sort de la masse, il ne suffit pas de déplacer les privilèges, il faut les anéantir; il ne suffit pas de changer les abus, il faut les abolir (SAINT-SIMON, Opinions littér., philos. et industr., 1824 ds Textes choisis, Paris, Éd. Soc., 1951, p.158). Je me méfie aussi d'un livre qui réussirait sur-le-champ et sans un an au moins d'intervalle, pour que l'élite puisse y convertir la masse idiote (VIGNY, Journal poète, 1834, p.1006). Un individualisme supérieur doit souhaiter la standardisation de la masse (GIDE, Journal, 1930, p.990):
15. Le parti libéral ou anti-monarchique veut absolument maintenir la loi d'élection qui nous perd et repousse la loi nouvelle avec des menaces, des tentatives d'insurrection populaire (...). Cependant la masse est tranquille et se refuse aux révolutions.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1820, p.274.
2. Au plur. La religion peut n'être pas indispensable à quelques individus, mais elle est indispensable aux masses (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1815, p.80). Les masses sont, suivant les circonstances, meilleures ou plus mauvaises que les individus qui les composent (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p.272). L'espèce d'instinct qui anime les masses (BALZAC, Annette, t. 4, 1824, p.184). Ni d'un côté ni de l'autre, personne ne sait ce que pensent vraiment les masses: la voix des dirigeants couvre celle des dirigés (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p.765).
Masses populaires. Les masses populaires qui ne semblent plus attachées à aucune institution et ne semblent être liées entre elles par aucun lien de société permanente (MAINE DE BIRAN, Journal, 1821, p.311). La France ne fut point délivrée de la conquête, sous Charles V, par l'énergie des masses populaires comme dans la dernière révolution (CHATEAUBR., Ét. ou Disc. hist., t. 4, 1831, p.179):
16. Une aristocratie, qui personnellement fait à peine le millième d'une société, doit aujourd'hui, comme jadis, y multiplier ses moyens d'action pour y opposer, dans les grandes crises, un poids égal à celui des masses populaires.
BALZAC, Langeais, 1834, p.221.
Masses ouvrières, travailleuses. Puisqu'il s'agit d'améliorer le sort des masses laborieuses, de procurer du travail à des milliers d'ouvriers (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p.23). En 36, les masses ouvrières seraient allées avec enthousiasme au secours de l'Espagne rouge (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.51).
D. — 1. En masse, loc. adv., vieilli. En foule. L'exactitude de la politesse (...) a introduit dans Vienne les plus ennuyeux usages possibles. Toute la bonne compagnie se transporte en masse d'un salon à l'autre trois ou quatre fois par semaine (STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p.131).
(Se lever, marcher) en masse; levée en masse (expr. qui ont désigné sous la Révolution la mobilisation populaire). En tant que peuple, que masses populaires. Levons-nous tous et fondons en masse sur nos ennemis indistinctement. Ce mouvement révolutionnaire peut être effectué par un million d'hommes et la patrie est sauvée (Journal de la Montagne, 1er août 1793 ds A. SOBOUL, Les Sans-culottes parisiens en l'an II, La Roche-sur-Yon, impr. H. Pottier, 1958, p.112). Vous savez que Lyon est pris, que toute cette armée qui l'a pris marche sur Toulon, que les départements du Midi se sont levés en masse contre cette ville (STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1793, p.179).
2. De masse, loc. adj.
En grandes quantités, en série, pour un grand nombre d'individus, pour une grande population. Production de masse; diffusion, tourisme de masse; culture de masse. Confronter consommation de masse et culture de masse (DUMAZEDIER, RIPERT, Loisir et cult., 1966, p.60).
Qui s'adresse aux masses, qui met en jeu les masses. Lutte de masse; propagande de masse. Nous sommes entrés dans l'ère des solutions de masse, des choix collectifs, des abandons aveugles aux tyrannies bienfaisantes (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.303).
Organisation de masse. Ce qu'on appelle les organisations de masse, (...) les groupements de citoyens qui se fixent tel ou tel objectif limité (P. LAURENT, Le P.C.F. comme il est, Paris, Éd. Soc., 1978, p.69).
Rare, au plur. Le S. R. L. n'était pas devenu un grand mouvement de masses (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.231).
3. Rare, en appos. Qui a les caractéristiques de la masse, des masses. Homme-masse. Bon gré, mal gré, nous voilà pris, et les plus fiers, comme des molécules dans la masse, hommes-masse bien plus que nous ne pensons (GUÉHENNO, Journal «Révol.», 1937, p.82). Je suis l'ennemi de l'agglomération et de la masse. L'homme-masse, sur lequel tant d'intellectuels s'appuient, n'existe pas (GIONO, Poids du ciel, 1938, p.142).
Prononc. et Orth.:[mas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Fin XIIe s. «matière, substance» (Sermons St Bernard, 63, 39 ds T.-L.); b) 1788 taillés dans la masse (Mém. Doc. Archéol. Touraine, XX, 186); c) 1824 comme une masse (tomber) (BALZAC, loc. cit.); 2. a) 1275-80 «réunion de nombreux éléments distincts rassemblés en un tout indistinct» (J. DE MEUN, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, t. III, 16718); b) 1547 «ensemble d'un ouvrage d'architecture considéré sous le rapport des proportions» (J. MARTIN, Architecture, trad. de Vitruve, p.6 v°); c) 1680 masse du sang «quantité indéterminée de qqc.» (RICH.); d) 1690 masse de chair «homme gros ou sans esprit» (FUR.); 3. a) 1385 «quantité de certaines marchandises semblables dont le poids ou le nombre est déterminé par l'usage» (Arch. du Nord, B 5041, f° 3 r°); b) 1615 dr. «ensemble de l'avoir dans une liquidation» (A. DE MONTCHRÉTIEN, Traité de l'oeconomie politique, Annexe 387 ds KUHN, p.193); c) 1842 «bourse commune dans un atelier d'artistes» (A. BOURGEOIS, BRISEBARRE, les Maçons ds QUEM. DDL t. 3). B. 1. Ca 1050 grant masse de (ses humes) «grande quantité de gens, foule» (Alexis, éd. Chr. Storey, 214); 1854 (en avoir) des masses (H. MONNIER, Les Bourgeois de Paris, 132-3 ds QUEM. DDL t. 15); 2. 1789 la masse du peuple «la majorité» (MARAT, loc. cit.); 1810 les masses «les couches populaires» (STAËL, Allemagne, t. 1, p.230). C. 1351 adv. en masse «en quantité» (N.D. par personnages, éd. G. Paris et U. Robert, t. 2, 13, 99); 1781 «tous ensemble, en grand nombre» (LEMIERRE, Année littér., I, 151 ds PROSCHWITZ Beaumarchais, p.144); 1793 se lever en masse (1er août Journal de la Montagne, loc. cit.). D. 1. 1721 phys. (Trév.); 2. 1901 électr. (H. POINCARÉ, Électr. et opt., p.115); 3. 1906 (bougie...) mise à la masse «conducteur commun auquel sont reliés les divers points d'un circuit affectés d'un même potentiel» (SOÉ-DUP.). Du lat. massa «pâte; masse; tas», empr. au gr. «espèce de grosse crêpe d'orge mêlée d'huile et d'eau» puis «masse de pâte, de métal». Bbg. DUB. Pol. 1962, pp.339-341. — GOHIN 1903, p.355. — QUEM. DDL t. 2, 3, 21. — RABOTIN (M.). Le Vocab. pol. et socio-ethnique à Montréal de 1829 à 1842. Paris, 1975, p.47, 53, 56, 63. — VARDAR Soc. pol. 1973 [1970], p.266.
II.
⇒MASSE2, subst. fém.
A. — Gros maillet de bois ou de métal utilisé pour travailler en force, servant à enfoncer des coins ou des piquets, à briser ou dégrossir une matière très dure. Le craquement des bois, calés à coups de masse (ZOLA, Germinal, 1885, p.1179).
B.Masse d'arme ou, absol., masse. Arme individuelle formée d'un manche long comme le bras et d'une partie renflée, généralement une boule de fer hérissée de pointes de fer, utilisée antérieurement aux armes à feu. Il y avait des cavaliers arabes de Delacroix (...) dont les chevaux se mordaient avec rage, tandis que les hommes se déchiraient avec des masses de fer (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p.602).
Bâton à tête d'or, d'argent, etc. et ouvragée, porté par des huissiers précédant, dans certains cérémonials, de hauts personnages (roi, chanceliers sous l'Ancien Régime, recteurs et doyens d'universités, encore de nos jours). V. massier1 e.. de Morand.
C.Au fig., fam. Coup de masse
1. Ce qui produit un choc émotif. (Dict. XXe s.). Synon. usuel coup de massue.
2. Addition, facturation élevée. Synon. usuel coup de fusil. La victime s'apporta [chez le garagiste-réparateur] le bec enfariné pour recevoir le coup de masse (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi!, 1935, p.40).
Prononc. et Orth.:[mas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 «arme formée d'un manche armé d'une masse métallique à pointes» mace de fer (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 650); 1498 masse d'armes (Invent. du duc de Savoie, n°667 ds GAY); 2. 1306 serjant a mace «huissier qui porte un bâton à tête d'or ou d'argent dans une cérémonie» (JOINVILLE, St Louis, éd. N. L. Corbett, §234); 3. 1508 «gros maillet de bois, de métal» maces de fer (Comptes Château de Gaillon, éd. A. Deville, p.27); 4. 1935 coup de masse «addition trop élevée» (SIMONIN, J. BAZIN, loc. cit.). D'un lat. pop. mattea (cf. ital. mazza, esp. maza), prob. tiré du lat. mateola «bâton, manche de houe?» mais cf. aussi les lat. mattiobarbulus «sorte de javelot», mattiarius «soldat armé de ce trait» qui supposent aussi une base mattia (qu' ERN.-MEILLET rapprochent de mataris, matara «javeline gauloise» mot d'orig. celtique).
STAT.Masse1 et 2. Fréq. abs. littér.:6390. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 9652, b) 8787; XXe s.: a) 7746, b) 9572.

1. masse [mas] n. f.
ÉTYM. V. 1050; lat. massa, du grec maza « pâte »; encore utilisé en ce sens au XVIIe, mais la plupart des sens actuels sont très anciens.
———
I
1 (V. 1170). Quantité relativement grande de substance solide ou pâteuse, qui n'a pas de forme définie, ou dont on ne considère pas la forme. || Masse de pâte, d'argile, de graisse, de chair. || Masse protoplasmique (→ Contractile, cit.; excitation, cit. 12). || Masse de substance coagulée (coagulum). || Masse de lave ardente (→ Globe, cit. 9). || Les masses de neige, de boue, de rochers qui se détachent d'une montagne (avalanche, éboulis…). || Masse calcaire (→ Cavité, cit. 1). || Masse de plomb. || Masse de bois sur lequel on fait un ouvrage (billot, bloc…). || Masse adaptée au manche de certains outils. || Masse molle (→ Fruit, cit. 6), visqueuse. || Masse dure, solide. Bloc, morceau. || Masse informe. || Énorme masse (→ Effriter, cit. 4). || Masse pesante, lourde, immobile, mouvante…
1 (Le philosophe voit) dans le rocher, les masses de pierre dont on élèvera des palais aux rois et des temples aux dieux (…)
Diderot, Essai sur la peinture, VII.
Loc. Personne qui tombe, s'affaisse, s'écroule… comme une masse, pesamment, comme une chose inanimée. || Le soir je tombe comme une masse de plomb (→ Lassitude, cit. 5). || Elle tomba d'une masse aux pieds de son père (→ Évanouir, cit. 18).
2 Mais, tout d'un coup (…) il devint blême et s'abattit devant le buffet, comme une masse. Il était ivre mort.
Zola, Nana, IV.
Par ext. Quantité relativement grande (d'une matière fluide) formant une unité autonome, ou considérée comme telle. || Une masse d'eau de mer venait se plaquer sur eux. Paquet (→ Bondir, cit. 13). || Évaporation (cit. 1 et 2) des masses liquides. || Masse d'air froid (→ Front, cit. 36). || Masse gazeuse (→ Espace, cit. 18). || Masse d'eau que roule un fleuve. Volume.
Météor. || Masse d'air : flux d'air dont les caractéristiques physiques ont une certaine homogénéité. Front.
2 La masse de quelque chose, la masse que constitue cette chose. || La masse solide d'une colonne (→ Appui, cit. 15). || Souche dont la masse soulève le sol (→ Fût, cit. 2). || La masse ciselée de sa chevelure (cit. 6) blonde.
3 À intervalles réguliers la femme de lessive versait sur le lit de cendres un broc d'eau bouillante qu'elle filtrait dans la masse du linge (…)
Colette, Journal à rebours.
4 (…) il arrivait aussi à plus d'un promeneur nocturne de sentir sous son pied la masse élastique d'un cadavre (de rat) encore frais.
Camus, la Peste, p. 26.
Absolt. || Pris, taillé… dans la masse, dans un seul bloc de matière. || Bibelot, statuette d'ivoire sculptés dans la masse, sans aucune partie rapportée.
3 Être, chose qui fait impression par sa puissance, sa taille, son volume, son poids (aux sens 1 et 2).
5 Le roi et le comte de Blois et de Champagne s'efforçaient de mettre un peu de sécurité entre la Loire, la Seine et la Marne, petit cercle resserré entre les grandes masses féodales de l'Anjou, de la Normandie, de la Flandre (…)
Michelet, Hist. de France, IV, IV.
6 La montagne, lointaine, ne terrasse pas ici (à Ferney) par sa masse surhumaine.
R. Rolland, le Voyage intérieur, II.
Péjor. Chose, être gros, lourd et informe. || L'éléphant, masse informe (cit. 3) et sans beauté. || Une grosse masse.
7 Rien ne le rebuta, ni sa vue éraillée,
Ni sa masse de chair bizarrement taillée :
Et trois cent mille francs avec elle obtenus
La firent à ses yeux plus belle que Vénus.
Boileau, Satires, X.
4 (V. 1265). Accumulation de nombreux éléments distincts (mais généralement de même nature) réunis en un ensemble perçu comme une totalité. Agglomérat, agrégat, amas, conglomérat, magma. || Masse de pierres, de cailloux (cit. 4). Monceau, tas.
8 (…) ils (…) prenaient un canot parmi la masse des petites embarcations agglomérées au bord du quai (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 238.
5 Par ext. Ce qui est perçu comme une unité, un ensemble, dont on ne peut ou ne veut distinguer les éléments constitutifs.
Arts. Ensemble de l'œuvre, par rapport aux éléments, aux détails dont elle se compose. || Introduire les détails sans détruire la masse (→ Ensemble, cit. 3).Une masse d'architecture moitié gothique, moitié sarrasine (→ Encorbellé, cit. 1). || Colonnade qui allège la masse d'un édifice.
9 Les distributions et d'ombre et de lumière
Sur chacun des objets, et sur la masse entière (…)
Molière, la Gloire du Val-de-Grâce.
Au plur. Principaux éléments d'une composition picturale, d'une œuvre architecturale considérés les uns par rapport aux autres, abstraction faite de leurs détails. || Répartition des masses dans un tableau. || Deux grandes masses s'équilibrent dans cette composition. || Indications (cit. 7) schématiques des grandes masses. || Masses d'ombre, de lumière. || Masses d'un édifice.
10 Le peintre doit (…) concevoir de grandes parties comme de puissantes masses, soit dans les groupes, soit dans les ombres, soit dans les couleurs.
M. Testelin, Conférences, 1678, in Brunot, Hist. de la langue franç., t. VI, p. 736, note 4.
11 La couleur est composée de masses colorées qui sont faites d'une infinité de tons, dont l'harmonie fait l'unité : ainsi la ligne, qui a ses masses et ses généralités, se subdivise en une foule de lignes particulières (…)
Baudelaire, Curiosités esthétiques, « Salon de 1846 », VII.
11.1 (…) je procède par addition, non par esquisse; j'ai le goût préalable (premier) du détail, du fragment, du rush, et l'inhabileté à le conduire vers une « composition » : je ne sais pas reproduire « les masses ».
R. Barthes, Roland Barthes, p. 97.
Mus. Ensemble d'instruments, de voix, qui jouent, chantent en même temps et forment une unité sonore. || Masse instrumentale, orchestrale, vocale.Groupe d'instruments de même famille, de voix, qui forment une unité sonore dans un ensemble. || Rarement l'art du compositeur avait déployé d'aussi grandes masses (→ Harmonie, cit. 4). || On distingue le hautbois (cit. 1) au milieu de masses orchestrales considérables.
Cour. Ce qu'on voit globalement, sans distinguer les détails ou les parties. || La masse sombre des végétations (→ Distinguer, cit. 33). || Il ne distinguait plus la masse du ciel de celle de la terre (→ Gyroscopique, cit. 1).
12 Il était quatre heures; l'aube, incertaine encore, éclairait la masse blanche de Salonique, les masses noires des navires de guerre (…)
Loti, Aziyadé, I, XXI.
6 (V. 1050). Par métaphore et fig. Ensemble, quantité. Ensemble de nombreuses choses qui font corps. || Réunir une masse de matériaux, de fiches, de documents en vue d'une œuvre (→ Embrasser, cit. 22; exécution, cit. 12). || Une masse énorme de souvenirs (→ Accrocher, cit. 12), de passions (→ Bouillonnement, cit. 2). || La masse des connaissances humaines. Somme.
13 Malgré les incroyables efforts du défenseur, la masse des témoignages positifs accabla Michu.
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 604.
14 Une action ne prouve rien. C'est la masse des actions, leur poids, leur somme qui fait la valeur d'un être humain.
France, le Lys rouge, III.
(V. 1080). L'ensemble d'une même chose (qui peut exister sous forme dispersée). Totalité. || La masse du sang de l'organisme. || La masse de l'or et de l'argent (cit. 13) qui est dans le monde. || La masse d'argent qu'un pays possède et qui forme son capital (cit. 7).
7 (1615, dr.). Somme d'argent.Somme formée par les retenues faites sur la paie de chaque soldat.
(1718). Ensemble des retenues faites sur le salaire d'un prisonnier et qu'on lui remet à sa libération.
15 J'ai de l'argent, ma masse. Cent neuf francs quinze sous que j'ai gagnés au bagne par mon travail en dix-neuf ans.
Hugo, les Misérables, I, II, III.
(1789). Allocations réglementaires en espèces, attribuées à un corps de troupe pour subvenir à ses dépenses. || Masse d'habillement, de couchage. Caisse.
(1842). Bourse commune d'un atelier d'élèves des Beaux-Arts ( 1. Massier).
Somme d'argent engagée au jeu. Mise. || Jouer ses masses (→ Lessive, cit. 4). || Doubler sa masse.
Dr. « Ensemble de biens, de créances ou de dettes groupés pour arriver au calcul de certains droits » (Capitant). || Masse active, passive. || Masse successorale.
16 La masse des biens indivis (d'une succession) comprend non seulement les biens recueillis au décès, mais ceux qui sont rapportés à la masse (…)
M. Planiol, Traité élémentaire de droit civil, t. III, p. 579.
Masse salariale ( Salaire).
8 La masse, la grande masse de… : la majorité. || La masse des mots français courants provient du latin.
Fam. Grande quantité (sans idée d'ensemble). || Une masse d'affaires à régler, de lettres à écrire. || Il lui vient une masse d'idées. — ☑ (1854). Il n'y en a pas des masses : il n'y en a pas beaucoup.
17 Il va nous arriver une masse de marchandises d'Europe, et nous allons avoir un fort travail.
Rimbaud, Correspondance, XLV, 15 janv. 1881.
9 Comm. Cent quarante-quatre douzaines ou douze grosses. Nom d'une quantité importante déterminée par l'usage (dans chaque commerce).
———
II En parlant d'êtres vivants.
1 (V. 1175). Ensemble nombreux (de personnes ou d'animaux) assemblés et concentrés d'une manière temporaire ou pour un objet momentané. Groupe; foule, rassemblement. || Masse d'abeilles en essaim (cit. 2). || Une masse imposante de douze cents hommes (→ Individualité, cit. 10). || La masse autrichienne vint buter sur le front de Joubert (→ Infrangible, cit. 2). || D'énormes masses d'envahisseurs qui déferlent (cit. 4). || Mettre en masse. 1. Masser.
18 La masse hérissée de bayonnettes et lancée au pas gymnastique arriva irrésistible, et l'épais front de bataille de la colonne d'attaque apparut dans la fumée au haut de l'escarpement.
Hugo, les Misérables, V, I, XXII.
19 (…) il essaya de se glisser dans la foule pour les rejoindre… Mais il était prisonnier de cette masse qui l'enserrait.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 64.
20 Au centre de la pièce, une masse humaine agglutinée et silencieuse se mouvait sur place au rythme de la musique, se gonflait et s'affaissait tour à tour comme sourdement travaillée par des fermentations profondes.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 459.
Milit. || Masse de manœuvre : masse d'hommes en réserve, disponibles pour telle ou telle manœuvre, telle ou telle opération.Fig. Réserve d'argent, fonds disponibles, mobilisables.
Dr. || Masse des créanciers : groupement légal des créanciers d'un débiteur en faillite ou en liquidation judiciaire.Masse des obligataires, chargée de défendre les intérêts des obligataires d'une même société.
2 Multitude (de personnes) constituant un vaste corps, un ensemble permanent. || Les grandes masses qui peuplent la majeure partie des continents (→ Ethnie, cit. 1). || Masse d'individus (→ Asservir, cit.7; élucidation, cit.). || La masse humaine (→ Culturel, cit. 1; fuite, cit. 7). || Les masses populaires, laborieuses (→ Fraternité, cit. 10).
21 (…) l'ascension constante des masses populaires vers les hauteurs sociales (…)
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 602.
(Fin XVIIIe). Absolt. || Les masses : les couches populaires. Foule, peuple. || Agir sur l'imagination des masses (→ Gouvernement, cit. 14). || Entraîner, enflammer (cit. 9), déchaîner les masses (→ Anarchie, cit. 4). || L'esprit de subordination des masses allemandes devant la chose militaire (→ Attaquer, cit. 40). || Démagogue qui flatte les passions des masses. || Vivre de la crédulité des masses. || Psychologie des masses.
22 Les masses sont, suivant les circonstances, meilleures ou plus mauvaises que les individus qui les composent.
Mme de Staël, in P. Larousse.
23 (…) il est à souhaiter que les hommes de talent n'oublient pas l'excellence du grandiose et de l'idéal dans tout art qui s'adresse aux masses. Les masses ont l'instinct de l'idéal.
Hugo, Littérature et Philosophie mêlées, But de cette publication (1834).
24 (…) il n'hésitait pas à reconnaître que l'accession des masses à la liberté politique, dans les sociétés modernes, avait été une satisfaction très importante donnée à la raison, à notre besoin de justice, à notre idée de la dignité humaine (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. XII, XI, p. 110.
25 Lorsqu'à la cantilène a succédé la radio, à la xylographie la photo des magazines, au roman de chevalerie le roman policier, on a parlé d'art des masses; c'est-à-dire confondu l'art et les moyens de fiction. Il y a un roman des masses, pas de Stendhal des masses; une musique des masses, pas de Bach — ni de Beethoven, quoi qu'on en dise; une peinture des masses, pas de Piero della Francesca, ni de Michel-Ange.
Malraux, les Voix du silence, p. 512.
3 L'ensemble qui fait corps, la majorité (par oppos. aux individus qui font exception). Gros (le gros de), majorité. || La masse de l'armée a bon moral, malgré quelques mauvaises têtes. || La masse, la grande masse des électeurs a voté pour X.
26 Choisissez parmi les plus riches afin de sacrifier moins de citoyens; mais choisissez : car ne faut-il pas qu'un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ?
Mirabeau, Sur la contribution du quart, 26 sept. 1789.
La masse des hommes. Commun (des hommes), multitude (→ Épreuve, cit. 28).
Absolt. || La masse (généralement opposée à l'individu et, spécialt, à l'élite). || La pression de la masse (→ Grégarisme, cit. 1). || Rôle de la masse et des fortes individualités (→ Contempteur, cit. 2). || La petite élite (cit. 2) et la grosse masse. || Ce spectacle, ce livre plaît à la masse. Public (grand public). || La masse anonyme. || Transformer une société en masse. Massifier, massification.
27 (…) pour juger du caractère d'une nation, c'est la masse commune qu'il faut examiner. Les gens de génie sont toujours compatriotes entre eux; mais pour sentir vraiment la différence des Français et des Allemands, l'on doit s'attacher à connaître la multitude dont les deux nations se composent.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, X.
28 (…) tu peux (…) te placer au-dessus des lois générales, des idées reçues, des préjugés admis, des convenances adoptées (…) Moi, j'appartiens à la masse. Je dois jouer le jeu selon les règles de la société dans laquelle je suis forcé de vivre.
Balzac, le Contrat de mariage, Pl., t. III, p. 88.
29 (…) la glorification de la masse, c'est-à-dire de ce qui est le moins haut, le moins différencié, le moins capable de penser son destin au lieu de le subir.
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 101.
Loc. De masse : qui concerne, qui s'adresse à la masse. || Civilisation de masse, culture de masse. || Communications de masse. Mass-média.
4 Fam. Grande quantité de personnes (sans idée d'ensemble). || Il a une masse, des masses d'amis. Foule, quantité.
30 Des fidèles, il en avait des masses, mais pas beaucoup qui le payaient.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 305.
———
III Loc. adv. En masse.
1 En formant une masse, tous ensemble en un groupe nombreux. Bloc (en), foule (en), nombre (en). || Oiseaux migrateurs qui apparaissent en masse (→ Annonciateur, cit. 3). || Levée en masse (→ Arrière-ban, cit. 1). || Assiégés (cit. 2) qui font une sortie en masse. || On ne voulait partir qu'en masse, en troupe, en corps d'armée (→ Laisser, cit. 41).
31 Toute la bonne compagnie se transporte en masse d'un salon à l'autre trois ou quatre fois par semaine.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, VIII.
2 (XIVe). Fam. En grande quantité. || De l'argent, il en a en masse.
32 — Mais, mon cher ami, j'ai encore des courses et des emplettes… en masse ! Figurez-vous que ma malle n'est pas encore commencée !
Edmond Jaloux, le Jeune Homme au masque, IX.
———
IV (XVIIIe). Physique et mécanique.
1 (1721). Quantité de matière d'un corps; rapport constant qui existe entre les forces qui sont appliquées à un corps et les accélérations correspondantes. || La masse, grandeur (cit. 41) fondamentale. || La masse, coefficient d'inertie du corps. || Le poids est proportionnel à la masse. || Unités de masse : gramme-masse, kilogramme-masse. || Masses égales (→ Équilibre, cit. 3). || Mesure d'une masse.
Vieilli. || Masse spécifique d'une substance : masse de l'unité de volume. Densité. || Corps de masse spécifique constante (homogène), variable (hétérogène).
Chim. || Principe de conservation des masses.
Astron. || Les corps célestes s'attirent proportionnellement à leurs masses (→ Force, cit. 62). || Masse des étoiles (cit. 18). || Masse totale de l'univers.
Mécan. || Point géométrique auquel est attribuée une masse. Point (matériel).
Phys. || Masse du proton, du neutron, de l'électron (cit. 2). || Masse atomique d'un élément. || Nombre de masse : nombre de nucléons dans un noyau d'atome. || Spectrographe de masse. || Masse moléculaire (ou masse molaire) d'un corps.Masse critique : la plus petite masse nécessaire au maintien d'une réaction en chaîne dans une substance soumise à la fission.Masse au repos. || Équivalence entre masse et énergie.
33 Masse (…) en Mécanique, est la quantité de matière d'un corps (…) La masse se distingue par là du volume (…) On doit juger de la masse des corps par leur poids; car M. Newton a trouvé par des expériences fort exactes, que le poids des corps était proportionnel à la quantité de matière qu'ils contiennent.
Encycl. (Diderot), art. Masse.
34 Cette remarque (sur les expériences concernant la masse) conduit à la proportionnalité de la masse et du poids, la masse étant la qualité du corps qui cause son inertie, sa résistance au mouvement, tandis que le poids est l'intensité de la force mise en jeu par la pesanteur lorsque le corps peut tomber en chute libre.
Émile Borel, Évolution de la mécanique, I, III, 24.
tableau Vocabulaire de la chimie.
2 (1923, Larousse). Électr. || Masse électrique, magnétique : grandeur sur laquelle un champ (électrique, magnétique) exerce son action pour produire une force. || Deux masses égales éloignées d'un centimètre et exerçant l'une sur l'autre une force d'une dyne correspondent à l'unité de masse électrique.
Cour. Conducteur commun auquel sont reliés les divers points d'un circuit qui doivent être affectés du même potentiel, en principe celui du sol. || Mettre à la masse, relier électriquement à la masse. || Faire masse. Terre.
CONTR. Bribe, brin, grain, parcelle. — Individu.
DÉR. Masselotte, 1. masser, 1. massier, massif, massifier, massique, massule.
COMP. Amasser. — Biomasse.
HOM. 2. Masse, 3. masse. — Formes des v. 1. masser, 2. masser, 3. masser.
————————
2. masse [mas] n. f.
ÉTYM. V. 1228; mace, v. 1131, « arme »; 1508, « outil »; d'un lat. pop. mattea, mattia, qu'on rapproche de mateola « outil pour enfoncer »; ou, selon Guiraud, d'un dér. roman macteare, de mactare « abattre », d'où « assommer ». → Massacre, mat (adj.).
1 (1508). Techn. Gros maillet de bois ou de métal ( aussi Marteau) utilisé pour enfoncer, frapper, dégrossir une matière brute. 1. Massette. || Masse de carrier, de charron, de mineur, de corroyeur ( Bigorne), de piseur ( Pisoir). || Sculpteur qui dégrossit un bloc à la masse.
1 Le camarade avait pris contre le mur deux masses de vingt livres (…) que les ouvriers nommaient Fifine et Dédèle (…) Bec-Salé (…) se renversa, donna le branle à Dédèle, des deux mains (…) il se cassait à chaque volée du marteau, sautait du sol comme emporté par son élan.
Zola, l'Assommoir, t. I, VI, p. 214.
(V. 1131). Archéol. || Masse d'armes ou masse : arme de choc formée d'un manche et d'une tête de métal, souvent garnie de pointes ou évidée en ailettes. Casse-tête, massue, plommée (→ Caparaçon, cit. 1; frapper, cit. 17; heaume, cit. 2). || Se servir d'un bâton comme d'une masse, pour frapper, assommer quelqu'un.
2 L'autre lève sa masse et frappe comme il faut.
Fadrique, chancelant, veut dégainer sa lame;
Mais la masse de fer est brandie à nouveau,
Retombe, rompt la nuque, écrase le cerveau,
Et le sang noir écume et fait ruisseler l'âme.
Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, « Romance de Don Fadrique ».
3 Mais, encore une fois, ne l'ai-je pas vu (Ubu) en songe vous frappant de sa masse d'armes et vous jetant dans la Vistule (…)
A. Jarry, Ubu Roi, Pl., p. 361.
4 (…) elle s'était, effectivement, crue supérieure à lui, le lui avait sans doute fait sentir. S'était armée de sa fidélité comme d'une masse d'armes (…)
F. Mallet-Joris, le Jeu du souterrain, p. 271.
(1935). Loc. fam. Coup de masse, se dit d'un choc émotif violent, accablant. || Ça lui a donné, il a reçu un coup de masse, et, absolt, le coup de masse (→ Coup de massue).
Spécialt. (En parlant d'un prix excessif, d'une note, d'une facture anormalement élevée). || N'allez pas dans ce restaurant, c'est le coup de masse ! (→ Coup de barre, de fusil…).
2 (1323). Bâton à tête d'or, d'argent, etc., porté dans un cortège par les huissiers ( 2. Massier) qui précèdent certains personnages de marque (roi, chanceliers, sous l'Ancien Régime; recteurs, doyens d'université, de nos jours).
5 Discours en latin du Public Orator, très amusant. Lord B(aldwin) nous admet, la masse dans la main. Banquet, discours de l'Amb(assadeur) d'Amérique, M. Kennedy.
Claudel, Journal II, Pl., p. 272.
3 Vx. Queue de billard à large bout, dont on se servait autrefois pour jouer certains coups.
(1721). Par ext. Gros bout d'une queue de billard. || Jouer avec la masse ( Massé, masser).
4 Bot. || Masse d'eau. Massette.
DÉR. 2. Masser, 3. masser, 1. massette, 2. massier.
COMP. Masse-tige.
HOM. V. 1. masse.
————————
3. masse [mas] n. f.
ÉTYM. 1339; du lat. mataxa « faisceau, botte ». → Matasse, mateau.
Technique.
1 Vx. Écheveau; paquet (de branches, de chanvre, de foin… selon les régions).
0 À l'entrée du Bourg, étaient trois Filles, épaisses, l'air hommasses, qui cueillaient le chanvre : leur activité, leur ardeur au travail, leur force à transporter les masses (on nomme ainsi de gros faisceaux de chanvre)…
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, p. 105.
2 Mod. (Comm., depuis 1723). Quantité importante déterminée par l'usage (dans le commerce de gros).
Spécialt. Cent quarante-quatre douzaines ou douze grosses.REM. De nos jours, ce sens est compris comme une spécialisation du mot 1. Masse. (I., infra cit. 17).
HOM. V. 1. Masse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Masse [1] — Masse. Unter Masse (genauer träger Masse) versteht man die Eigenschaft der Materie, insbesondere der materiellen Punkte, unter der Wirkung derselben Kraft eine verschiedene Beschleunigung anzunehmen. Die Masse eines materiellen Punktes ist um so… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Masse — (lat. massa – Klumpen, griech. maza – Brotteig) wird verwendet zur Betonung der Menge oder des Gesamten, von der Form und den Details abstrahierend, insbesondere für Masse (Physik), die Ursache der Gewichtskraft und Maß der Trägheit des Körpers… …   Deutsch Wikipedia

  • massé — massé, ée 1. (ma sé, sée) part. passé de masser1. 1°   Mis par masse. Des groupes bien massés dans un tableau. L infanterie massée derrière la colline. 2°   S. m. Un massé, masse pâteuse de fer qu on trouve au fond du creuset du fourneau à la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • masse — Masse, Il vient de {{t=g}}madza,{{/t}} par mutation de {{t=g}}dz{{/t}} en ss, Massa. Une masse de quelque chose que ce soit, faite en forme de pain, Pastillus. Masse d arain, ou masse d argent, AEs graue. Une masse d or, Palacra. Petite masse,… …   Thresor de la langue françoyse

  • MASSÉ (P.) — Pierre MASSÉ 1898 1987 Dans un très beau livre, Aléas et progrès , publié en 1984, Pierre Massé a décrit sa traversée du siècle. Né le 13 janvier 1898, le jour du «J’accuse» de Zola, il est reçu en 1916 à la fois à Polytechnique et à Normale… …   Encyclopédie Universelle

  • Massé — is a French surname and may refer to: Marcel Massé (born 1940), Canadian politician Victor Massé (1822 1884), French composer It may also refer to a billiards cueing technique see Glossary of cue sports terms#Massé This page or section lists… …   Wikipedia

  • Masse — Masse: Das Substantiv (mhd. masse, spätahd. massa »ungestalteter Stoff; ‹Metall›klumpen; Haufen«) beruht wie entsprechend frz. masse auf lat. massa »zusammengeknetete Masse, Teig, Klumpen; Haufen«, das seinerseits aus griech. māza »Teig aus… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Masse — Sf std. (9. Jh.), mhd. masse, ahd. massa Entlehnung. Entlehnt aus l. māssa Teig, Klumpen , das seinerseits auf gr. mãza Brotteig (zu gr. mássein kneten ) zurückgeht. Adjektiv: massig.    Ebenso nndl. massa, ne. mass, nfrz. masse, nschw. massa,… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Massé — (1) Nom méridional. Pourrait désigner celui qui exploite un mas, mais le S doublé pose problème. Autre possibilité : nom de fonction (macer, écrit aussi masser) désignant un huissier qui portait dans les cérémonies une masse d argent ou de plomb …   Noms de famille

  • Massé — ist der Name folgender Personen: Victor Massé (1822–1884), französischer Komponist Vital Massé (* 1936), Bischof von Mont Laurier Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichnet …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.